Les sites du groupe Info6TM

Arc-en-ciel, la belle américaine

Crédit photo Eric Hamon

Elle n’a pas très bonne réputation dans l’Hexagone où cette espèce est surtout issue de pisciculture et déversée dans nos cours d’eau à l’ouverture pour amuser quelques pêcheurs… Au fouet nous la traquons aussi beaucoup en eau close car elle représente une grande majorité des empoissonnements en réservoir.

Si la plupart des parcours font attention à la qualité physique de leurs poissons, ils n’en restent pas moins d’élevage. Seuls quelques très rares sites en France, comme celui des Bouillouses, connaissent une reproduction d’arcs-en-ciel que l’on peut considérer comme sauvages aujourd’hui. Voici donc un petit tour d’horizon des souches de « rainbows », un superbe salmonidé lorsqu’on le rencontre à l’état naturel. La truite arc-en-ciel Oncorhynchus mykiss est originaire du continent nord-américain où son aire de répartition va de l’Alaska au nord jusqu’au Nouveau Mexique au sud, en passant par le Canada. Elle est présente dans de nombreux États et symbolise la pêche à la mouche aux USA. Elle partage parfois son biotope avec la fario ou avec des truites cutthroat mais reste l’espèce la plus largement répandue dans les rivières et les lacs à salmonidés du nouveau monde. Il existe également de très belles souches endémiques en Russie, dans les cours d’eau de la péninsule du Kamtchatka, située en face de l’Alaska. À l’instar de la fario, elle a été introduite avec succès dans les pays de l’hémisphère Sud en Argentine, au Chili, et on la trouve maintenant presque partout en Amérique du Sud et même jusqu’en Terre de Feu.

L’incroyable Rio Baker au Chili abrite une très forte population de truites arc-en-ciel qui se reproduisent parfaitement bien dans ce biotope de qualité.
Crédit photo : Herlé Hamon

Une truite résistante

Il en va de même pour la Nouvelle-Zélande bien sûr, mais grâce à sa résistance plus importante que sa cousine fario, notamment à la température et à la qualité de l’eau, elle a su coloniser d’autres contrées plus surprenantes comme le Pérou, la Colombie mais aussi le Kenya en Afrique ainsi que l’île de La Réunion dans l’océan Indien par exemple ! Ses habitudes alimentaires, moins sélectives, couplées à son taux de croissance plus élevé que sa cousine lui ont permis de conquérir de nombreux territoires parfois au détriment d’espèces autochtones moins bien armées. Elle a souvent le nez en l’air et se pêche très bien en mouche sèche, profitant de la moindre éclosion pour monter en surface. Elle occupe aussi plus de postes que notre fario et se trouve parfois en plein courant, même sur des zones sans aucune cache.

L’Alaska est l’un des berceaux originels de l’espèce, les arcs s’y nourrissent surtout au détriment des saumons pacifiques qui montent en nombre se reproduire dans les mêmes rivières avant de mourir. Elles se pêchent donc principalement à l’imitation d’œuf ainsi qu’avec de grands streamers appelés « flesh flies » et représentant un morceau de chair de saumon pourri dérivant dans le courant…
Crédit photo : Herlé Hamon

L'échec de son introduction en Europe

En Europe, elle est présente dans de nombreuses rivières mais peu d’entre elles connaissent une reproduction naturelle. La principale cause de cet échec est la qualité des poissons déversés. Il s’agit bien souvent de souches de pisciculture abâtardies, stériles dès le départ ou introduites à la taille « portion » pour être capturées dans les jours suivant leur libération et finir dans les congélateurs de pêcheurs dits « sportifs ». Quelques exceptions prouvent cependant que cela est tout à fait possible si l’on sélectionne la souche. En Autriche ou encore en Slovénie, sur les fameuses rivières Soca et surtout Idrijca ainsi que certains affluents, des arcs-en-ciel sauvages existent ! Elles sont superbement colorées et possèdent parfois des liserés blancs de toute beauté sur les nageoires, pas grand-chose à voir avec les « blanches » prises à l’ouverture… La pratique du no-kill sur ces cours d’eau a aussi été un facteur primordial pour pérenniser ces souches. L’arc-en-ciel est un poisson opportuniste ayant des périodes d’activité très longues. Elle est donc, tout du moins au départ, une proie plus facile ! Elle se reproduit naturellement dans son biotope originel dès que la femelle atteint une taille d’une trentaine de centimètres, c’est-à-dire plus élevé que la fario, mais, comme nous l’avons vu, sa croissance est plus rapide.

Pour nombre d’entre nous, l’arc-en-ciel est synonyme de pêche en eau close durant la saison hivernale. Certains parcours proposent de très beaux poissons, comme ici au Moulin de Gémages qui organise des « week-ends trophées » pour se mesurer à de très gros spécimens
Crédit photo : Herlé Hamon

De nombreuses variétés tout comme la fario

Il existe ensuite de nombreuses variétés d’arcs et ce poisson n’est pas la chose difforme, blanche et visqueuse que l’on croise souvent chez nous… Comme pour notre fario, il peut y avoir de grandes variations dans les robes allant de l’argent, au verdâtre recouvert de multiples points noirs, en passant par le doré avec une ligne latérale rose, voire rouge ! D’un bassin-versant à un autre, ces différences peuvent être très marquées. C’est une truite qui ne possède que des points noirs et on a l’habitude de dire qu’elle ne peut s’hybrider qu’avec d’autres espèces à points noirs comme les cutthroat ou les golden trout. Il existe donc, aux États-Unis, de nombreux hybrides naturels parfois appelés cutbow. Notre arc-en-ciel s’est aussi forgé une réputation de farouche combattante et de poisson de sport qui n’est pas usurpée. Je pense qu’il s’agit de l’espèce de truite existante la plus puissante et aussi la plus aérienne. En effet, une fois piquée, il n’est pas rare qu’elle saute à plusieurs reprises pour se débarrasser de l’hameçon. Vous avez peut-être entendu parler de la souche canadienne de Colombie britannique dite « Kamloops » qui a la particularité d’être extrêmement puissante et qui a été sélectionnée par certains pisciculteurs.

La péninsule russe du Kamtchatka possède aussi plusieurs souches endémiques de truites arc-en-ciel. Certaines sont magnifiques et dites « léopards » comme ce spécimen que j’avais capturé au streamer dans un petit cours d’eau.
Crédit photo : Herlé Hamon

Un poisson à croissance plutôt rapide

Notre rainbow peut atteindre des tailles très respectables et le record IGFA de l’espèce est de 21,77 kg pris dans le lac Deifenbaker au Canada d’où viennent plusieurs autres records quasiment tous au-dessus des 15 kg. À la mouche, il est de 14,05 kg tout de même, mais certaines catégories restent ouvertes !

La Slovénie est un des pays d’Europe ayant réussi l’introduction de cette espèce qui se reproduit maintenant naturellement sur plusieurs rivières.
Crédit photo : Herlé Hamon

Comme pour la plupart des autres salmonidés, il existe une variété anadrome de notre arc-en-ciel, la fameuse steelhead endémique de la côte ouest des États-Unis, du Canada et de l’océan Pacifique. Ce poisson déchaîne les passions outre-Atlantique où certains pêcheurs se sont spécialisés dans la chasse de ce poisson reconnu pour être un des plus puissants remontants en rivière. J’ai eu la chance de le pêcher en Colombie britannique ainsi qu’en Alaska et il est vrai qu’il vend très chèrement sa peau ! Il saute énormément et il faut parfois le suivre sur plusieurs centaines de mètres de berge pour enfin le mettre au sec. Il se pêche aussi bien au streamer qu’en nymphe ou parfois à l’imitation d’œuf de saumon. Sur le bassin-versant de la Skeena River en Colombie britannique, il n’est pas exceptionnel de piquer des steelhead avoisinant le mètre. L’arc-en-ciel est une truite qui, chez nous, a été victime de sa résistance et de sa facilité d’élevage. Elle mérite bien mieux que cela et lorsque, par chance, nous touchons au hasard de nos parties de pêche un de ces poissons « ensauvagés », il nous rappelle ses origines lointaines, sautant et tirant dans les courants comme aucune de nos farios. Je me régale quand cela arrive et je remets cet adversaire à l’eau pour une prochaine rencontre. Alors, quand dans quelques semaines vous tomberez sur une « blanche » monochrome, n’oubliez pas qu’elle ne représente en rien les belles couleurs de l’arc-en-ciel.

La truite arc-en-ciel sauvage livre des combats puissants et bien souvent aériens !
Crédit photo : Herlé Hamon

"Pour recevoir chaque semaine toutes les actus de la pêche, nos concours, nos bons plans, nos sorties vidéos, nos articles gratuits et bien plus encore... inscrivez-vous vite à notre Newsletter !"

Je m’inscris à la newsletter

Biologie - Environnement

Magazine n°Pêche Mouche n° 143

Biologie - Environnement

Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ?

Contactez le service client abonnements@info6tm.com - 01.40.05.23.15