Les sites du groupe Info6TM

Surfcasting : visez les spécimens !

Crédit photo Romain Steeno

Le rêve de tout pêcheur est d’attraper Le poisson d’une vie. Maigres, raies et bien évidemment gros congres sont les cibles privilégiées pour vivre ces sensations fortes que tout le monde recherche. Voici quelques pistes pour traquer cette prise record…

C’ est durant ces périodes de transition hivernale que les poissons se rapprochent de la côte et nous espérons tous que l’hiver disparaisse rapidement pour laisser place aux belles journées printanières. Avec un temps d’ensoleillement qui augmente jour après jour, on peut espérer que l’eau soit vite réchauffée et que la faune et la flore se réveillent rapidement. Ajoutés au soleil, les vents à dominance est nous aident sur la côte Atlantique à réchauffer les eaux par le phénomène « d’upwelling » qui s’opère lorsque le vent pousse la surface de l’eau au large et fait remonter les eaux riches en nutriments et tempérées du large. En clair, cette période de l’année est favorable pour capturer de jolies pièces car les gros vont profiter du réchauffement des eaux pour redevenir actifs non loin du bord.

Les gros congres seront parmi vos adversaires surtout si vous leur proposez des esches de bonne taille !
Crédit photo : Romain Steeno

De préférence pêcher les plages

À cette époque de l’année les plages ont beaucoup bougé avec les tempêtes hivernales et il y a fort à parier que vos spots soient parfaitement redessinés pour donner de l’intérêt aux poissons. Il est important de bien prospecter votre terrain pour repérer les lieux en vue des prochaines sorties. Pour faire simple, naviguer sur l’estran de jour à basse mer et par gros coefficient pour scruter la configuration de la plage. L’observation du sol est aussi un élément à ne pas négliger pour trouver des traces de coquillages, vers marins et autres aliments qui seront susceptibles de ravir nos amis les poissons. Depuis les hauts de plage, vous pourrez prendre de l’altitude pour repérer les courants, entrées et sorties de baïnes. Pour cela, vue aérienne, webcam, tout est bon pour dégrossir en amont sans vous déplacer… Mais, par expérience, rien ne vaut le petit tour sur la plage pour avoir un aperçu à l’instant t. Plus moderne, la prise de vue avec un drone vous permettra de bien repérer les courants et fonds marins en prenant de la hauteur. Ces objets sont entrés dans notre quotidien alors pourquoi ne pas les utiliser à bon escient. Le choix de la marée est certainement le critère le plus important, notez que tous les coefficients peuvent être productifs à partir du moment où vous y allez dans les temps forts. Les deux extrémités de marées (basse mer et pleine mer) sont certainement les deux meilleurs moments simplement parce que c’est durant cette période de renverse qu’il y a le plus de courant. C’est à ce moment-là que le poisson se met en chasse. Les coups de mer aiguisent l’appétit des poissons. En effet c’est avec ces mouvements de marée importants que de nombreuses friandises comme les couteaux ou autres coquillages vont venir s’échouer sur la côte. Pour votre confort, un conseil : pratiquez juste après le coup de vent, c’est-à-dire 12 heures après. C’est bien plus facile de pratiquer à cette période car le vent est tombé et la houle résiduelle est suffisante pour espérer pêcher les gros poissons qui rôdent. Couplés à ces conditions, le coucher de soleil et le lever du jour seront vos alliés. En effet, ces transitions jour/nuit, nuit/jour sont très intéressantes en surfcasting et favorables pour la capture de belles pièces.

PB74-01-MONTAGE-1.cdr
Montage gros poissons
Crédit photo :


Crédit photo : Romain Steeno

Prospecter zone par zone pour trouver les poissons

Les plages où se pêchent les gros sont souvent gardées « secrètes » par les pêcheurs locaux. Néanmoins, les spots à gros poissons sont souvent synonymes de hauteur d’eau, les baïnes, les plages à forte déclinaison sont des lieux de prédilection. Ces poissons trophées ont besoin d’une hauteur d’eau suffisante pour s’alimenter et naviguer en toute sécurité. Cela ne veut pas dire pour autant qu’il est impossible de les trouver dans très peu d’eau (moins de 2 m) pour chasser les mulets par exemple. J’ai souvenir d’un coup du soir où les mulets étaient amassés sur les 20/30 premiers mètres, le banc était compact et nous les péchions sans difficulté. Une énorme chasse de maigre sorti de nulle part s’est déclenchée et en moins de 5 minutes la troupe a éclaté. Ce soir-là, mon collègue a vu une masse sombre suivre son mulet qu’il remontait. L’eau était limpide et c’est dans les derniers mètres que tout le monde prit conscience de la scène. Dans les bonnes zones à prospecter il ne faudra pas oublier les spots fréquentés par nos amis surfeurs qui sont souvent très propices à cette pêche et adaptés car ils mêlent courant, plateau, et baïne : tout ce que les gros ont l’habitude de fréquenter. De jour, ces spots sont souvent difficilement praticables et peu intéressants car ils sont trop fréquentés. Cependant, de nuit, ils s’avèrent alors redoutables pour pratiquer le surfcasting. Les bouchots également, qui sont largement présents sur la côte ouest, abritent une faune marine importante et seront un véritable repère. Dans ce genre de spot, les poissons ont tendance à s’y « sédentariser », généralement d’avril à novembre, car toute la chaîne alimentaire y cohabite. Ces lieux sont affectionnés par les maigres, gros bars, congres, et c’est sur ce genre de secteurs souvent très prisés que vous pourrez espérer prendre les plus belles pièces.

Prospecter un secteur

Pour bien prospecter un secteur, il est indispensable de pratiquer à plusieurs cannes. En fonction de la météo et du moment de la marée, 2 à 3 cannes permettent de couvrir avec la dérive des plombs des secteurs clefs comme l’entrée ou la sortie d’une baïne. Espacer ses cannes est important, une distance minimum de 10 à 15 m permet de couvrir une zone sans risquer de s’emmêler. L’erreur souvent commise est de vouloir absolument pêcher à plusieurs cannes. Or, il est préférable de gérer correctement 1 ou 2 cannes plutôt que de passer à côté de la pêche en s’entêtant à 3 ou 4 cannes.

Un gros sar capturé tout près du bord.
Crédit photo : Romain Steeno

Marée, météo, appâts, des paramètres déterminants

S’ils ont pu atteindre une taille plus importante que la moyenne, c’est qu’ils sont passés au travers des mailles du filet, certainement pour plusieurs raisons : la chance, la ruse mais aussi la méfiance. Souvent solitaires, ces poissons n’aiment pas être dérangés, du moins ils seront certainement dans les parages, mais à la moindre hésitation ils seront capables de stopper leur alimentation, contrairement aux autres plus petits qui ont tendance à être voraces et charognards. Du bord, vous allez les trouver dans un minimum d’un mètre d’eau et de préférence teintée, ils apprécient les zones rocheuses qui permettent de se cacher et s’alimenter sans efforts. Amateur de chair fraîche, ils répondent très bien sur les lanières de blancs (seiche et encornet) mais aussi les sardines. Proposer alors des grosses bouchées de 8/10 cm restera facile à lancer et tout aussi efficace sur des poissons plus petits. Être particulièrement actif et ne pas louper le passage durant les deux extrémités de marée (2 heures avant et 2 heures après). Tantôt pleine mer, tantôt basse mer, en fonction du spot, ces deux créneaux sont certainement les plus propices pour prendre du gros poisson. Le passage est souvent rapide, en 1 heure il n’est pas rare de boucler la pêche avec plusieurs prises successives. Retenez que le grand rush se situe en plein dans la période des vents d’Est qui marque la frénésie alimentaire et l’hyperactivité de ces poissons par l’arrivée du poisson de fourrage. Ces poissons sortent officiellement de la période de frai et ont besoin de s’alimenter en quantité, c’est pour cela qu’ils sont particulièrement actifs sur la côte !

Les plages où se pêchent les gros sont souvent gardées « secrètes » par les pêcheurs locaux.
Crédit photo : Romain Steeno

Qui n’a jamais rêvé de combattre un gros poisson ?

Ces gros poissons voyagent rarement seuls, ils sont souvent accompagnés par d’autres espèces. Si vous avez la chance d’être dans la bonne marée alors profitez pour prolonger votre partie de pêche ! Voici cinq conseils pour être prêt le jour J :
• utiliser un pique plutôt qu’un trépied, pour être certain de maintenir votre canne ;
• pêcher frein légèrement desserré pour ne pas se faire arracher la canne du repose-canne ;
• travailler le poisson en gardant la tension constante sans vouloir le brider à tout prix. Frein ajusté et légèrement serré en bridant ponctuellement avec votre paume de main ;
• suivre et accompagner le poisson au long de la côte. Les plus gros sont capables de vous faire naviguer sur plusieurs dizaines de mètres ;
• être accompagné pour gérer le matériel en attendant le dénouement : la marée ne vous attendra pas… Pêcher seul pourquoi pas, mais l’organisation du poste doit être millimétrée.

Un bel encornet a eu raison de cette raie.
Crédit photo : Romain Steeno

Des appâts et du matériel adaptés aux gros poissons

Les poissons se déplaçant en banc sont souvent de même taille. C’est naturel et cela permet de respecter la chaîne alimentaire. Ils ne sont donc que rarement solitaires et parfois bien plus nombreux qu’on ne le pense. Comme les plus petits ils restent opportunistes et, pour les faire mordre, il ne faut pas lésiner sur la taille des appâts, des hameçons et les diamètres de Nylon d’empile. Escher un bel encornet, une sardine entière ou encore un poisson de roche vivant comme un gobie sur un hameçon 4/0 à 6/0 vous permettra à coup sûr de sélectionner un gros poisson.

 

"Pour recevoir chaque semaine toutes les actus de la pêche, nos concours, nos bons plans, nos sorties vidéos, nos articles gratuits et bien plus encore... inscrivez-vous vite à notre Newsletter !"

Je m’inscris à la newsletter

Du bord

Magazine n°085

Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ?

Contactez le service client abonnements@info6tm.com - 01.40.05.23.15